Ecrire les premières lignes d’un blog n’est pas toujours facile.  Il faut oser se lancer à l’eau sans trop se poser de questions.  Je ne sais pas nager…  Juste me tenir sur le flot de l’eau, raide comme une planche.  Vous me direz que c’est déjà un pas.  Comme pianoter sur le clavier pour dénouer le point d’angoisse au creux du ventre.

Ecrire, c’est retrouver le geste d’écriture perdu dans une longue absence.  Dénicher le calame dans un coin poussiéreux à côté des feuilles de dessin, les feuilles de soie et les tendres pastel.  Relégués eux aussi dans l’oubli.  Je me suis absentée de ma muse.  Je suis devenue sérieuse.  Une femme rangée.  Une femme responsable.  Dixit ma mère…

Et me voici la tête contre le mur !  Là où j’en viens à regarder le geste d’écriture, à plonger mes yeux dans ses méandres. Je me voile la face.  Je me détourne. Incapable d’intégrer cette vérité première : j’aime écrire…