Au cœur de la nuit, se recroqueville la fatigue autour du corps.  Ne pénètre pas en l’intime.  L’écriture attend.  Sur la page blanche, elle attend que se posent les mots.  Quels qu’ils soient.  Communs ou novateurs.  L’importance réside dans l’acte d’écrire.  Comme un essentiel qui échappe à notre entendement.  Un lieu où réside une présence.  P majuscule ou minuscule, je ne peux décider.  Seulement, qu’elle se perçoit en cette nouure de l’encre et du papier.  Lorsque les mots se créent.  Des mots que l’on connait.  Mais déjà, ils sont autres.  Le Sens nous devance…

« Les mots qui vont surgir savent de nous ce que nous ignorons d’eux. Un moment nous serons l’équipage de cette flotte composée d’unités rétives, et le temps d’un grain, son amiral. Puis le large la reprendra, nous laissant à nos torrents limoneux et à nos barbelés givrés »  René Char